21
octobre

Légion – L’armée des anges

Synopsis :

Que se passe-t-il quand Dieu perd foi en l’humanité et envoie une légion d’anges pour exterminer la race humaine ? Un groupe de résistance se constitue en plein désert autour de l’archange Michael…

Mon commentaire :

Je m’attendais à tout sauf à ça en fait. J’ai vite remis mon cerveau à zéro et me suis collé au fond du canapé pour profiter de ce suspens haletant. Vous n’aurez pas beaucoup de mal à croire ce que vous verrez, vous vous demanderez sûrement comme moi comment vont-ils faire pour survivre à ce cataclysme, bonne question qui restera au bout de vos lèvres jusqu’à la toute fin. Il y a juste les effets spéciaux qu’il faut sans en faire des tonnes. Ce monde apocalyptique m’a vraiment plu, avec en plus une histoire qui se tient, un vrai régal.

Pas de commentaire

20
octobre

La meute

Synopsis :

Charlotte fuit sa vie. Sur une route déserte, elle prend Max en stop. Max disparaît dans un routier quelques kilomètres plus loin. Intriguée, Charlotte revient sur les lieux la nuit et se fait surprendre par La Spack, propriétaire du bar, femme étrange en charge d’une drôle de Meute. Le combat de Charlotte commence.

Mon commentaire :

J’étais plein d’entrain en voulant voir ce film, Yolande Moreau dans un film d’horreur, ça a attisée ma curiosité. Bon alors sans vous mentir, le début, génial, on vous met dans un petit siège bien profond afin que vous vous sentiez oppressé, et ça marche. Puis viens la phase « Passage à l’acte », et là, patatras, tout s’effondre sous mes pieds, on se perd dans un méandre de pseudo-zombies qui mangent ce que « Maman » veut bien leurs donner, « Oh my godness » ! Quel dommage ma bonne dame.

Pas de commentaire

29
juillet

Infectés

Synopsis :

Quatre jeunes gens foncent sur l’autoroute en direction de l’océan, mais ils ne sont pas en route pour des vacances : ils tentent d’échapper à la fin du monde… L’espèce humaine est menacée par un virus mortel. Plus personne n’est à l’abri. Pour tenter d’échapper à la pandémie, Danny, son frère Brian, sa petite amie Bobby et une amie d’école, Kate, font route vers le sud-ouest des États-Unis. S’appuyant sur un souvenir d’enfance, Danny est convaincu qu’ils trouveront un refuge sur une plage de surfeurs isolée du golfe du Mexique. Là, ils pourront vivre à l’abri en attendant de revenir au monde. Leurs règles sont simples : prendre uniquement des chemins détournés ; éviter à tout prix les contacts avec d’autres humains. Pourtant, au fur et à mesure, leur rêve de survie va se heurter à des choix qu’aucun d’eux n’est prêt à assumer. Ils vont vite découvrir qu’aucun virus n’est plus dangereux que la part d’ombre qui sommeille en chacun de nous.

Mon commentaire :

Les films de virus m’attirent tout particulièrement, notamment comme « 28 jours plus tard » où « Cabin fever« , je me pose toujours trois questions : comment à démarrer l’infection ?, comment vont-ils survivre et surtout combien de personnes resteront vivantes ? Le suspense monte crescendo et les quelques scènes d’horreur sont correctement amenés, seulement une chose me contrarie, le fait qu’à chaque fois dans les films avec un scénario moyen, on ne sait pas où ils veulent nous emmener. L’espèce humaine est peut-être pas parfaite mais il y a des situations où on sent qu’il n’y avait pas vraiment d’inspiration.

Pas de commentaire

22
avril

Jusqu’en enfer

Synopsis :

Christine Brown, spécialiste en crédit immobilier, vit à Los Angeles avec son petit ami, le Professeur Clay Dalton. Tout va pour le mieux jusqu’au jour où la mystérieuse Mme Ganush débarque à la banque et la supplie de lui accorder un crédit supplémentaire pour sa maison. Christine hésite entre la compassion et la pression de son patron, Mr Hicks, qui la voudrait plus ferme avant de lui octroyer une promotion. Fatalement, Christine choisit sa carrière, même si sa décision met Mme Ganush à la rue. Pour se venger, la vieille femme jette la malédiction du Lamia sur Christine, transformant sa vie en un véritable cauchemar. Hantée par un esprit malfaisant, incomprise de son petit ami, elle se fait aider du medium Rham Jas, qui l’entraine dans une course frénétique contre la damnation éternelle, pour inverser le sortilège…

Mon commentaire :

Est-ce que d’après vous, un film d’épouvante-horreur peut aussi faire rire ? La plupart d’entre vous me répondrons que « Non », et c’est bien normal sauf que ce film a réussi là où d’autres essaient sans y parvenir. Au début je me suis surpris a esquissé un sourire, puis j’ai pouffé de rire et enfin le clou du spectacle fut les innombrables flottements dans les airs qui m’ont fais rire aux éclats, un grand moment de bonheur. Enfin presque puisque ce film est présenté comme devant me faire peur, en réalité, j’ai été plus dégouté par le dégueulis de la grand-mère que par le pseudo-monstre sortit de l’enfer.

Pas de commentaire

29
mars

The descent 2

Synopsis :

Rescapée de l’expédition spéléologique de  » The Descent « , Sarah émerge seule des grottes des Appalaches, traumatisée par les événements. 24 heures plus tard, le shérif local l’oblige à redescendre sous terre afin de guider l’équipe de secours qui cherche désespérément ses cinq amies disparues. Alors que le groupe s’enfonce dans les profondeurs, Sarah commence à réaliser toute l’horreur de cette mission. Le danger qui les guette, tapi dans les ténèbres de la grotte, est encore plus féroce que celui auquel Sarah a survécu…

Mon commentaire :

C’est moi où elle est très conne ? Tu viens juste de survivre à des monstres et hop, tu replonges dans la grotte, excusez-moi messieurs les scénaristes mais vous n’avez pas trouver mieux ? Surtout que dans ce second volet, ils font tout ce qu’il ne faut pas faire en cas de danger. Décevant et dommage car l’idée de départ est fantastique et bien gore, tout a fait à mon goût.

Pas de commentaire

29
mars

Wolfman

Synopsis :

Lawrence Talbot est un aristocrate torturé que la disparition de son frère force à revenir au domaine familial. Contraint de se rapprocher à nouveau de son père, Talbot se lance à la recherche de son frère…et se découvre une terrible destinée.
L’enfance de Lawrence Talbot prit fin à la mort de sa mère. Ayant quitté le paisible hameau de Blackmoor, il a passé plusieurs décennies à essayer d’oublier. Mais, sous les suppliques de la fiancée de son frère, Gwen Conliffe, il revient à Blackmoor pour l’aider à retrouver l’homme qu’elle aime. Il y apprend qu’une créature brutale et assoiffée de sang s’affère à décimer les villageois et que Aberline, un inspecteur soupçonneux de Scotland Yard, est là pour mener l’enquête.

Mon commentaire :

Plonger dans l’ambiance feutrée du manoir d’un loup-garou. J’ai regardé ce film sans réel intérêt, le changement de l’homme en loup-garou et vice-et-versa est pas mal, j’ai bien aimé les costumes aussi. Malheureusement, il n’y a pas eu la petite étincelle qui fait que ce film est exceptionnel à mes yeux, c’est de l’action et un peu d’histoire, pas mieux.

Pas de commentaire

29
mars

The mutant chronicles

Synopsis :

Constantine est à la tête d’une organisation des Nations-Unies, gérée par quatre pays régis par d’énormes corporations qui ont pillé les ressources naturelles de la Terre. Lorsqu’une armée extra-terrestre, les NecroMutants, organise une guerre contre les humains pour s’approprier le peu qu’il reste à prendre sur Terre, Constantine envisage de quitter la planète avec quelques proches et de la faire exploser pour qu’elle ne tombe jamais aux mains de l’ennemi. Mais le Major Mitch Hunter du corps des marines qui mène la rébellion humaine s’avère être aux antipodes de Constantine.

Mon commentaire :

Bon, il faut dire ce qui est, les monstres sont très ridicules. Pour un film sortie en 2009, laisser moi rire, manque de budget, de créativité ou simplement la flemme de trouver un autre type de monstres ? L’atmosphère futuriste remonte un peu le niveau du film sans avoir réellement d’impact sur l’histoire. Est-ce que les humains vont réussir à se sortir ce ce pétrin ? ne vous posez plus la question, ne regardez pas ce film.

Pas de commentaire

25
mars

Captifs

Synopsis :

Carole est membre d’une équipe humanitaire dont la mission dans les Balkans touche à sa fin. Sur le chemin du retour, elle et ses deux co-équipiers sont brutalement attaqués et enlevés par des criminels aux motivations inconnues. Qui sont ces ravisseurs ? Que veulent-ils vraiment ? La vérité va se révéler terrifiante…

Mon commentaire :

Fallait pas sortir de la route messieurs/dames ! C’est vrai que le lancement de l’histoire est un peu faible quand même, le coup de la déviation et du « t’inquiète, je connais un raccourci », on a vu mieux. Une fois dans les cages, on rigole moins et on angoisse très vite, les séquences sont bien menées et les quelques pauses bien utiles ne sont là que pour vous faire sursauter d’effroi aux images suivantes. Un bon film oppressant et saignant, dommage qu’il soit juste un poil trop court.

Pas de commentaire

26
février

Donkey punch

Synopsis :

Trois jeunes anglaises, en vacances à Majorque, rencontrent un groupe de garçons membres de l’équipage d’un yacht. Ceux-ci leur proposent une promenade en mer. Alors que la fête bat son plein entre alcool, sexe et drogue, un accident va transformer le rêve en cauchemar…

Mon commentaire :

L’histoire de lancement est un peu faible à mon goût, trois jeunes femmes qui partent en bateau avec quatre mecs qu’elles viennent juste de rencontrer, il faut aimer le risque. Le début du carnage commence lorsqu’il y en a un qui meurt, à partir de là, les amitiés volent en éclats et chacun pense juste à s’en sortir indemne. Le petit gars avec le polo bleu m’a glacé le sang, un dangereux personnage à la Hannibal Lecter, sans aller jusqu’au cannibalisme quand même, qui est froid et sans le moindre sentiment de compassion.

Pas de commentaire

22
septembre

Death bell

Synopsis :

Les vingt meilleurs élèves d’une école privée sont réunis un samedi afin d’assister à un cours magistral. Au milieu de la leçon, une télévision s’allume et montre une des élèves enfermée dans un grand aquarium où l’eau monte peu à peu. Une voix inconnue leur explique qu’ils vont devoir passer un nouvel examen avec une règle simple : à chaque mauvaise réponse, un des leurs mourra…

Mon commentaire :

Largement inspiré de « Saw », de mon point de vue occidental en tout cas, il vire très vite dans le grand n’importe quoi avec en prime de belles scènes dramatiques qui servent à rien. Une fin des plus nul que j’ai pu voir mais je suis coutumier des commentaires négatifs des films d’horreur asiatiques.

Pas de commentaire

« Articles précédent     Articles suivant »