Tag: 12/20


Les Miller, une famille en herbe

14
janvier

Les Miller, une famille en herbe

Synopsis :

David Burke est un dealer à la petite semaine qui se contente de vendre sa marchandise à des chefs cuisiniers et des mamans accompagnant leurs fils au football, mais pas à des ados – car, au fond, il a quand même des principes ! Alors que tout devrait se passer au mieux pour lui, les ennuis s’accumulent… Préférant garder profil bas pour des raisons évidentes, David comprend, à son corps défendant, qu’on peut subir la pire injustice même lorsqu’on est animé des meilleures intentions : tentant de venir en aide à des jeunes du quartier, il se fait agresser par trois voyous qui lui volent sa marchandise et son argent.

Mon commentaire :

Pour le vrai titre, nous avons : « We’re the Millers », et je préférerais un titre traduit littéralement car celui que nous avons en France est pitoyable. Passons, ceux aimant les comédies à l’Américaine vont adorer, des gags potaches sans trop de vulgarité, des scènes chaudes (Merci Jennifer ANISTON) et un road-movie haletant. Ok, ok, j’exagère un chouilla tout cela mais j’ai passé un agréable moment.

Commentaire » | Comédie

Le dernier pub avant la fin du monde

28
décembre

Le dernier pub avant la fin du monde

Synopsis :

L’histoire débute le 22 juin 1990 dans la petite ville anglaise de Newton Haven : cinq adolescents au comble de l’âge ingrat fêtent la fin des cours en se lançant dans une tournée épique des pubs de la ville. Malgré leur enthousiasme, et avec l’absorption d’un nombre impressionnant de pintes de bière, ils ne parviennent pas à leur but, le dernier pub sur leur liste : The World’s End (La Fin du Monde). Une vingtaine d’années plus tard, nos cinq mousquetaires ont tous quitté leur ville natale et sont devenus des hommes avec femme, enfants et responsabilités, à l’alarmante exception de celui qui fut un temps leur meneur, Gary King, un quarantenaire tirant exagérément sur la corde de son adolescence attardée. L’incorrigible Gary, tristement conscient du décalage qui le sépare aujourd’hui de son meilleur ami d’antan Andy, souhaite coûte que coûte réitérer l’épreuve de leur marathon alcoolisé.

Mon commentaire :

Et c’est ainsi que se clôture la trilogie « Cornetto » (Shaun of the dead et Hot Fuzz). Les deux premiers m’ont énormément plus, celui-ci un peu moins car pour traiter de la science-fiction, il faut de bon effets spéciaux et donc un budget plus conséquent. Les situations ubuesques m’ont pas vraiment fait rire, il n’y a guère que les combats qui ont su sauver la mise. Je suis quand même impatient de voir leurs nouveaux projets, car quand ces deux là sont réunis, tout est possible.

Commentaire » | Comédie

Monstres academy

27
décembre

Monstres academy

Synopsis :

Même quand il n’était qu’un tout petit monstre, Bob Razowski rêvait déjà de devenir une Terreur. Aujourd’hui, il est enfin en première année à la prestigieuse université Monstres Academy, où sont formées les meilleures Terreurs. Son plan de carrière bien préparé est pourtant menacé par sa rencontre avec James P. Sullivan, dit Sulli, un vrai crack qui a un don naturel pour Terrifier. Aveuglés par leur désir de se prouver l’un à l’autre qu’ils sont imbattables, tous deux finissent par se faire renvoyer de l’université. Pire encore : ils se rendent compte que s’ils veulent que les choses aient une chance de rentrer dans l’ordre, ils vont devoir travailler ensemble, et avec un petit groupe de monstres bizarres et mal assortis.

Mon commentaire :

J’avais bien aimé le premier « Monstres & Cie » qui m’avait apporté un nouvel angle de vue sur les « monstres » et leurs façon de récolter la peur. Etant un préquel, j’avais une petite appréhension sur le déroulement de l’histoire, à vrai dire je ne savais pas trop où ils voulaient nous emmener avec leur « Academy ». Ce qui en ressort est un très bon film animé pour les traitements de l’image, pour le scénario, il est rapide et très simpliste, il est surtout fait pour des enfants.

Commentaire » | Comédie

Populaire

21
juillet

Populaire

Synopsis :

Printemps 1958. Rose Pamphyle, 21 ans, vit avec son père, veuf bourru qui tient le bazar d’un petit village normand. Elle doit épouser le fils du garagiste et est promise au destin d’une femme au foyer docile et appliquée. Mais Rose ne veut pas de cette vie. Elle part pour Lisieux où Louis Echard, 36 ans, patron charismatique d’un cabinet d’assurance, cherche une secrétaire. L’entretien d’embauche est un fiasco. Mais Rose a un don : elle tape à la machine à écrire à une vitesse vertigineuse. La jeune femme réveille malgré elle le sportif ambitieux qui sommeille en Louis.

Mon commentaire :

Il est évident que Romain DURIS n’est pas mon comédien préféré, loin de là ! Je pense même que ça doit être physique, je n’aime pas sa « tronche », tout simplement. Cependant, tous les films où il joue sont intéressants et il excelle dans ces rôles. Revenons donc à nos moutons, où plutôt à nos machines à écrire,  car vous allez en manger du tapotage de clavier. Cette comédie sans prétention vous fait découvrir une phase méconnue, pour moi aussi d’ailleurs; des années 60. Ici le métier de secrétaire est valorisé, voir même porté sur un piedestal. La fin est si prévisible que vous n’en tiendrez plus compte lorsque les images vous transperçerons votre petit coeur.

Commentaire » | Comédie

Les kaïra

22
avril

Les kaïra

Synopsis :

Mousten, Abdelkrim et Momo sont trois potes d’enfance qui ont toujours vécu dans leur cité de Melun. Casquettes enfoncées sur la tête et baskets aux pieds, tous les trois ont le même problème : désespérément célibataires, ils passent leurs journées à laisser s’écouler leurs vies, sans motivation ni ambition. Jusqu’au jour où ils découvrent une annonce dans un magazine porno qui propose un casting pour devenir une « Star du X ». En galère de filles et d’argent, la quête de ce qui leur semble être alors le meilleur métier du monde va se transformer en un parcours initiatique et devenir la plus importante aventure de leurs vies.

Mon commentaire :

Passé le début un peu long et les quelques images dénudées inutiles à mon goût, vous passerez du bon temps à voir ces pseudos génies à l’oeuvre. Même si l’histoire ne casse pas trois pattes à un canard, l’ambiance du film est prenant. Ma partie favorite reste le passage avec l’ours, une vraie bonne idée.

Commentaire » | Comédie

Des hommes sans loi

29
octobre

Des hommes sans loiSynopsis :

1931. Au cœur de l’Amérique en pleine Prohibition, dans le comté de Franklin en Virginie, état célèbre pour sa production d’alcool de contrebande, les trois frères Bondurant sont des trafiquants notoires : Jack, le plus jeune, ambitieux et impulsif, veut transformer la petite affaire familiale en trafic d’envergure. Il rêve de beaux costumes, d’armes, et espère impressionner la sublime Bertha… Howard, le cadet, est le bagarreur de la famille. Loyal, son bon sens se dissout régulièrement dans l’alcool qu’il ne sait pas refuser… Forrest, l’aîné, fait figure de chef et reste déterminé à protéger sa famille des nouvelles règles qu’impose un nouveau monde économique.

Mon commentaire :

Comme vous pouvez le remarquer, sur l’affiche on vous présente les acteurs avec des flingues et en image de fond beaucoup d’hommes armés jusqu’aux dents, eh bien méfiez-vous car ceci est fait pour que vous pensiez à un film du genre de « Public ennemies » alors qu’il n’en ai rien. Ce film retrace simplement et poétiquement la vie de trois frères pendant la prohibition, point. A part quelques scènes très violentes à vous hérissez les poils, le reste est d’une lenteur ahurissante pour un western du genre. Quasiment sans suspense, la fin ridicule à mon goût ne rattrape pas la constante mollesse du jeu des acteurs.

Commentaire » | Action

Potiche

2
août

PoticheSynopsis :

En 1977, dans une province de la bourgeoisie française, Suzanne Pujol est l’épouse popote et soumise d’un riche industriel Robert Pujol. Il dirige son usine de parapluies d’une main de fer et s’avère aussi désagréable et despote avec ses ouvriers qu’avec ses enfants et sa femme, qu’il prend pour une potiche. À la suite d’une grève et d’une séquestration de son mari, Suzanne se retrouve à la direction de l’usine et se révèle à la surprise générale une femme de tête et d’action. Mais lorsque Robert rentre d’une cure de repos en pleine forme, tout se complique…

Mon commentaire :

Au vue de la qualité des acteurs du casting, je pensais en prendre plein les oreilles, finalement j’ai été assez déçu du rendu qui à mon avis aurait pu être beaucoup plus punchy. Catherine DENEUVE est excellente, même si elle n’est pas de ma génération, je trouve son jeu exceptionnel. Elle sublime ses dialogues et il y a une chose qui me surprend à chaque fois que je la vois à l’écran est que dès qu’elle entre dans une pièce, elle monopolise votre attention, une grande actrice en somme.

Commentaire » | Comédie

Tête de turc

2
août

Tête de turcSynopsis :

Un geste, et tout bascule. Un adolescent de 14 ans, un médecin urgentiste, un flic en quête de vengeance, une mère qui se bat pour les siens, un homme anéanti par la mort de sa femme voient leurs destins désormais liés. Alors que le médecin passe plusieurs jours entre la vie et la mort, les événements s’enchaînent et tous seront entraînés par l’onde de choc.

Mon commentaire :

 C’est con mais il ne faut pas grand-chose pour que votre vie bascule dans le psychodrame. Personnellement, je suis incapable de donner mon avis sur ce qu’il pourrait, où se passe réellement dans le cas souligné dans ce film. Par contre, je peux donner mon avis sur ce pauvre jeune garçon qui est tiraillé de toute part, il est très difficile de vivre avec ce qu’il a vu et pourtant on vous tend des perches pour que vous vous y accrochiez et pleuriez toutes les larmes de votre corps.

Commentaire » | Action

Nuit blanche

25
mars

Nuit blancheSynopsis :

Un flic dérobe un gros sac de cocaïne à des trafiquants, mais il est identifié au cours de l’opération. Les truands prennent alors son fils en otage. Vincent doit faire l’échange – son fils contre le sac – dans une immense boîte de nuit tenue par les mafieux. La nuit qui commence sera la plus longue de sa vie et peut-être même la dernière.

Mon commentaire :

Commençons par les points positifs, les acteurs et la trame de l’action. Dans la majorité, ils sont à peu près tous bons et surtout Laurent STOCKER de la comédie française, Tomer SISLEY est correct mais pas transcendant non plus. La trame de l’action est bien déroulée et pas une seconde d’intrigue n’échappe à vos yeux, votre cerveau faisant le reste, il vous suffit de profiter des scènes d’action à répétition. Passons aux points négatifs, le scénario et la fin. Le scénario, qui semblait au départ bien ficelé, s’effiloche au fur et à mesure que l’image sert au scénario et non l’inverse, ce qui nous donne des scènes qui ne servent à rien, à part corréler le scénario justement ! Et pour la fin, pour vous résumer sans la dévoiler, ce n’est pas possible de faire une fin telle que celle là, franchement, on sent l’épuisement de l’inspiration dès le milieu du film, c’est dommage !

Commentaire » | Action

Sans laisser de trace

23
janvier

Sans laisser de trace

Synopsis :

A bientôt quarante ans, Etienne, sur le point de prendre la présidence de son groupe, veut soulager sa conscience d’une injustice qu’il a commise au début de sa carrière et qui, précisément, l’a lancée. Convaincu par un ami de jeunesse, il se rend chez l’homme qu’il a lésé à l’époque pour le dédommager. Mais les choses tournent mal et l’homme est tué par son ami. Etienne tente alors de reprendre le cours de sa vie, mais celle-ci vire peu à peu au cauchemar. Harcelé par son ami, rattrapé par l’enquête de police, plus Etienne se débat, et plus l’étau se resserre. Au bout du rouleau, Etienne réalise qu’il ne lui reste plus qu’une seule solution.

Mon commentaire :

Ce film m’a tout de suite fait penser à « The game », la même trame, la même intrigue et presque la même fin. LA grosse différence est que c’est un film français, et manque donc de réalisme criant. Passons donc sur mes aprioris et jugeons sur les faits, rien que les faits. Le suspense est bien mené et vous serez surpris par le jeu de François-Xavier Demaison.

Commentaire » | Action

Retour en haut